Segnaliamo‎ > ‎Segnalazioni 2011-11‎ > ‎

GB : les employés de la City s'inquiètent du fossé entre riches et pauvres

pubblicato 7 nov 2011, 15:25 da wilder1964@alice.it   [ aggiornato il 29 gen 2012, 07:43 da Elisabetta Rossi ]

2011-11-07 15:02

LONDRES, 7 nov 2011 (AFP) - Les trois quarts des employés de la City de Londres, le coeur financier du Royaume-Uni, reconnaissent que le fossé entre riches et pauvres est devenu trop grand au Royaume-Uni, selon une étude publiée lundi à l'initiative de l'Eglise d'Angleterre. Cette étude, portant sur "les valeurs éthiques dans la City", a été menée cet été auprès de 515 banquiers, traders ou dirigeants d'entreprises cotées à la Bourse de Londres. Les deux tiers d'entre eux ont admis que "les salaires et les bonus" constituaient leur motivation principale, loin devant l'intérêt du travail, et 75% pensent que les inégalités entre riches et pauvres sont désormais trop fortes. Une majorité pense aussi que les rémunérations dans leur secteur sont trop élevées, avec des pointes à 66% parmi les traders et 63% chez les dirigeants des grandes entreprises. L'enquête ne précise pas si les sondés estiment que la remarque s'appliquent à eux-mêmes, ou s'ils seraient prêts à accepter une baisse de leurs propres revenus. En outre, un peu plus de la moitié des personnes interrogées pense que la dérégulation des services financiers --opérée à la demande notamment de la City-- a conduit à "un affaiblissement des valeurs éthiques". L'enquête a été réalisée pour le compte de l'Institut Saint Paul, qui dépend de la cathédrale Saint Paul à Londres, située dans la City et devant laquelle campent depuis mi-octobre des dizaines d"'indignés" protestant contre l'emprise de la finance internationale. Le malaise des autorités anglicanes sur l'attitude à adopter à l'égard des manifestants a été mis en évidence par la démission du doyen de Saint-Paul et du chanoine Gilles Fraser. Ce dernier, troisième dans la hiérarchie du lieu de culte, avait déclaré redouter une évacuation manu militari. C'est précisément le chanoine Fraser qui a supervisé l'étude publiée lundi. "Le fait que les échanges financiers dépendent plus désormais de la technologie que de contacts humains pourrait en partie expliquer pourquoi la notion d'obligation morale s'est estompée", écrit-il dans son introduction. "Nous espérons que les résultats de l'enquête mettront en lumière les points principaux sur lesquels les deux camps en présence admettent que des changements sont nécessaires", a affirmé à la presse un autre responsable de la cathédrale, le révérend Michael Hampel. phv/dh/dro AFP